Rechercher

Etude comparée des obstinations


Il se trouve encore des irréductibles qui refusent de se faire « vacciner ».

Malgré toutes les injonctions morales et les menaces sociales, cinq millions de personnes s'entêtent dans leur refus. Le pouvoir et les personnes déjà vaccinées ne comprennent pas ce qui leur apparaît comme une obstination. Arrêtons-nous quelques instants sur ce terme d'obstination pour vérifier qu'elle se trouve bien là où l'on croit.



Obstination

L'obstination est définie comme l'attachement tenace voire excessif d'une personne à ses idées, à ses résolutions, à une entreprise, en dépit des difficultés rencontrées. L'obstination s'apparente donc à un entêtement irraisonné. Et c'est ce dernier terme qui est important. Irraisonné : qui échappe à la raison, ou qui manque de raison.

Voyons voir si les non-vaccinés font preuve d'obstination.

Si tel est le cas, d'après notre définition, les non-vaccinés seraient coupables de s'attacher de manière tenace et excessive à la résolution de ne pas se faire vacciner, et ce malgré les difficultés rencontrées. Les difficultés rencontrées par les non-conformistes sont des "emmerdements" du type : interdiction d'accès à des lieux de loisirs, à certains services publics, interdiction d'exercer leur métier pour certains, désapprobation voire pression sociale pour la plupart.

Malgré donc toutes ces difficultés, les non-conformistes refusent toujours l'injection. C'est donc qu'ils ont d'autres raisons qui les poussent vers ce choix. Poursuivant notre raisonnement initial, il nous faut à présent passer ces raisons en revue pour voir si cet entêtement est irraisonné. Ce qui reviendrait à dire que les raisons avancées ne relèvent pas de la "raison", ou donc qu'elles ne sont pas de bonnes raisons.


Les raisons de la non-conformité vaccinale

Voici une liste probablement non-exhaustive des motivations avancées, à raison ou pas, le lecteur en jugera, par les personnes qui refusent l'injection :

  • un « vaccin » mis au point très rapidement

  • un « vaccin » mis au point par une société pharmaceutique condamnée à plusieurs reprises pour un montant s'élevant à plusieurs milliards de dollars

  • un « vaccin » qui est à l'origine d'effets secondaires graves

  • un « vaccin » qui ne freine pas les contaminations, voire qui pourrait les favoriser

  • un « vaccin » qui ne protège pas complètement des formes graves, puisque même des personnes vaccinées décèdent

  • un « vaccin » qui est obsolète et qui est désormais inefficace contre les nouveaux variants

  • un « vaccin » qui n'est donc finalement pas un vaccin (voir définition du mot vaccin)


Posons deux questions, sans y apporter de réponse, et laissons le lecteur se faire son opinion :

  • premièrement, ces affirmations sont-elles contestables ? (Si oui, merci de démontrer, point par point, le contraire)

  • Deuxièmement, au regard de ces affirmations, peut-on dire que les non-conformistes de l'injection font preuve d'un entêtement irraisonné ?

Obstination vaccinale ?

En face des non-conformistes se trouve le camp des conformistes et du pouvoir qui veut à tout prix vacciner tout le monde, en dépit des affirmations précédentes.

Zut, il se pourrait que cela ressemble à de l'obstination.

Vérifions en reprenant notre définition : attachement tenace voire excessif à une entreprise, en dépit des difficultés rencontrées, entêtement irraisonné. Le gouvernement veut donc vacciner tout le monde, malgré le fait que : le vaccin ait été mis au point très rapidement, qu'il ait été mis au point par une société pharmaceutique condamnée à plusieurs reprises, qu'il soit à l'origine d'effets secondaires graves, qu'il ne freine pas les contaminations, voire qu'il les favorise, qu'il ne protège pas complètement des formes graves, et enfin malgré le fait qu'il soit obsolète et inefficace contre les nouveaux variants.


Concluons sur ces questions finales :

  • qui manque de raison ?

  • qui fait preuve d'obstination ?

Bonne journée, et... ne perdez pas la raison !

320 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout