Rechercher

A la guerre comme à la guerre ?

Jour 1

Le Général :

"Nous sommes en guerre, bordel."


Le Sous-fifre :

"Oui Mon Général, mais que fait-on ? L'ennemi est invisible, à certains endroits, nos soldats tombent comme des mouches, surtout les anciens ! "


Le Général :

"On enferme tout le monde pour l'instant, au moins on est sûr que l'ennemi ne nous attaquera pas. Pour les vieux, on s'en fout, ils sont sur la fin de toute façon. Laissez-moi réfléchir et réunir les personnes compétentes. Je vais réunir la crème de la crème, ça va déboîter sévère."


Le Sous-fifre :

"D'accord mon Général, on enferme même ceux qui veulent un peu prendre l'air ? J'ai l'impression que les troupes en ont besoin pour le moral"


Le Général :

"Oui, j'ai dit tout le monde. Retrouvez-moi et punissez-moi les récalcitrants, je vais leur montrer ce qu'il en coûte de me désobéir à ces bâtards."


Le Sous-fifre :

"Oui mais... (regard menaçant du Général)... Non rien mon Général"


Jour 2

Le Sous-fifre :

"Mon général, j'ai quelques remontées du terrain.. Un soldat a trouvé une technique de combat qui semble bien fonctionner contre l'ennemi"


Le Général :

"C'est quoi cette histoire ? C'est qui ce mec ?"


Le Sous-fifre :

"Un poilu, il est de Marseille. Il attaque l'ennemi à l'ancienne, au corps-à-corps. L'ennemi a une faiblesse dans ce domaine"


Le Général :

"Ok, laissez-le aller au casse-pipe et tenez-moi au courant"


Le Sous-fifre :

"Eh bien, apparemment, ça marche bien, il a de bons résultats et il commence à avoir une certaine réputation. La populace est en train d'en faire un héros."


Le Général :

"Comment ça ? Je n'ai même pas eu le temps de mettre en place une stratégie. Il n'est pas question que la victoire revienne à ce petit soldat de province. Débrouillez-vous, trouvez quelque chose pour le ralentir. C'est moi qui commande, c'est moi qui vais la gagner cette putain de guerre."


Le Sous-fifre :

"Oui Mon Général, mais ça a l'air de marcher, l'ennemi semble reculer à certains endroits"


Le Général :

"C'est pas flagrant. Inventez quelque chose, dites que c'est dangereux et que ceux qui essaient risquent de crever. On ne gagne pas une guerre avec un couteau. Au pire, dites que le combat au corps-à-corps et interdit, sur ordre du Général. Je veux de l'artillerie lourde. Maintenant partez, je réunis mes experts pour mettre tout ça en place. Vous allez voir ce que vous allez voir."


Jour 3

Le Sous-fifre :

"Mon Général, il semble que la situation s'enlise. Et l'ennemi attaque en plusieurs vagues. Les troupes en ont marre."


Le Général :

"Oui et alors ? Qu'est-ce que j'y peux ? Ils peuvent bien attendre encore. On est sur le point de sortir notre nouvelle arme de haute technologie qui va tout péter. Nous aurons une victoire retentissante et vous serez à mes côtés pour récolter les putains de lauriers de la gloire. En attendant, laissez-les prendre l'air en journée, ils seront contents ces pequenots, mais faites-moi rentrer tout le monde le soir, apparemment l'ennemi attaque la nuit. Je ne veux voir personne dehors quand il fait noir. On maintient la pression, je ne veux pas qu'ils se relâchent."


Le Sous-fifre : "Bien Mon Général, mais... le combat au corps-à-corps à certains endroits... Non rien Mon Général"


Jour 4

Le Général, s'adressant aux troupes et à la nation :

"Nous avons mis au point une arme de très haute technologie pour vaincre l'ennemi. Vous devez l'utiliser, c'est la seule qui fonctionne. Avec ça, on va liquider l'ennemi en deux-deux. Je répète, vous DEVEZ l'utiliser. Ceux qui ne l'utilisent pas seront punis : nous devons gagner cette guerre et pour cela vous devez utiliser l'arme que nous avons mis au point, c'est la SEULE solution."


Le Sous-fifre, en aparté, à l'issue de l'allocution du Général :

"Mon Général, il reste une poignée de mécontents, et par ailleurs, les tentatives de combat individuels se multiplient. Plusieurs soldats préfèrent utiliser différentes techniques de combat ancestrales et refusent d'utiliser notre nouvelle arme. Ils disent que c'est dangereux et que ça risque de leur péter à la gueule. Certains osent dire que ça marche pas contre l'ennemi..."


Le Général :

"Démerdez-vous, trouvez quelque chose. Empêchez-les d'aller au resto, pour les faire plier ces salopards. Pour ceux qui s'obstinent à se battre à l'ancienne, trouvez-les et mettez-les hors d'état de nuire."


Jour 5

Le Sous-fifre, gêné :

"Mon Général, les nouvelles ne sont pas bonnes."


Le Général, furieux :

"Comment ça, c'est pas encore réglé ? On est en train de gagner. Laissez-moi tranquille, j'ai autre chose à foutre."


Le Sous-fifre, penaud :

"Oui, mais... J'ai des nouvelles remontées. Il y a de plus en plus de blessés chez ceux qui utilisent l'Arme Ultime, ça leur pète la gueule. Et apparemment ça marche pas, l'ennemi progresse, surtout chez ceux qui utilisent l'arme. Ceux qui se battent au corps-à-corps sont curieusement épargnés par l'ennemi. Pour ma part, je ne comprend plus rien. On dirait que les anciennes méthodes marchent mieux. En plus l'ennemi a changé de tactique, et notre Arme Ultime n'est plus aussi efficace qu'avant. Je me demande d'ailleurs si elle a réellement déjà bien fonctionné."


Le Général, furieux toujours :

"Foutaises. Qu'est-ce que vous me racontez-là ? Faites gaffe à vous. On gagne et on va gagner. Les combattants à mains nues sont des putains de menteurs qui se croient plus forts et ils mettent tout le monde en danger. A cause d'eux j'ai les infirmeries qui débordent de blaireaux qui ne savent même pas utiliser le putain de matos que je me tue à leur dégoter. C'est à cause d'eux si on avance pas aussi vite. Emmerdez-les jusqu'au bout ! Commencez par les faire taire et faites ce qu'il faut pour les faire plier. Je vous l'avais déjà demandé bordel, qu'est-ce que vous branlez ? Enfermez-les s'il le faut."


Le Sous-fifre :

"Bien Mon Général. Mais tout de même, vous devez savoir : l'ennemi envoie de plus en plus de soldats, mais ils sont moins vaillants. Apparemment il pioche dans les réservistes. Les troupes de l'ennemi sont plus nombreuses mais moins dangereuses. Elles ne causent que très peu de dégâts. Certaines de nos unités remportent des batailles facilement, sans même utiliser l'Arme Ultime. Il semblerait que nous n'en ayons plus besoin. On est en train de gagner, mais parce que l'ennemi s'affaiblit. J'ai le regret de vous dire que je crois que L'Arme Ultime n'y est pour rien."


Le Général :

"Ecoutez-moi bien espèce de minable sous-fifre de mes deux : JE mène la guerre. JE gagne la guerre. OK ? Démerdez-vous."


Le Sous-fifre :

"Très bien Mon Général."


Jour 6

Le Sous-fifre :

"Mon Général, je vous présente ma démission."


Le Général :

"Très bien, casse-toi pauvre con et traverse la rue, tu te retrouveras bien un job de merde."


A suivre...

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout